Documents

Transcriptions et reproductions1

p. 149-185

Outline

Text

Document 1 : Transcription du journal de guerre d’André Untereiner

Notes d’édition

La transcription a globalement conservé la mise en page adoptée par André Untereiner. De même, l’orthographe n’a pas été rectifiée ; les corrections apportées sont reproduites ou mentionnées en notes. Des numéros de ligne ont été ajoutés sur la droite pour faciliter le repérage dans le texte.

Le journal d’André Untereiner est écrit sur un cahier d’écolier de petit format, où il couvre les 8 premières pages. La marge est employée pour faire figurer les jours et les mois, les changements d’année sont signalés par le nombre de l’année calendaire, souligné a posteriori.

Il ne s’agit pas d’un journal écrit au jour le jour. Il résulte de plusieurs phases d’inscription.

L’écriture et le trait sont relativement uniformes du début (1943) à octobre 1944. Malgré la forme globalement annalistique, tout cet ensemble semble avoir été inscrit rétrospectivement. Plusieurs indices attestent de cette écriture rétrospective :

  • les allusions à la « dernière lettre à ses parents », la première lettre au retour de Tambov étant adressée par André à ses parents le 16/12/1944, de Constantine ;
  • des passages narratifs qui recourent en partie à une énonciation au passé ;
  • des informations qu’André n’a pu obtenir qu’ultérieurement à la date indiquée, comme le 12 mai 1944, jour d’un accord « où les Alsaciens-Lorrains seront rapatriés ».

En dépit de cette écriture a posteriori, les datations restent relativement précises. André s’appuyait-il sur des notes pour reconstituer son parcours jusqu’en octobre 1944 ? Il a notamment pu s’appuyer sur des certificats d’entrée ou de sortie des hôpitaux pour en retrouver le nom et les dates de séjour.

Le premier bloc d’écriture, au crayon de papier, a fait l’objet de corrections orthographiques ponctuelles et de quelques ajouts au crayon de papier et à l’encre noire. On note aussi des ajouts ultérieurs au crayon de couleur violet :« Palestine » (l.142), soulignement des dates de 1943 et janvier 1944, ajout de « Maison Carré » (l.149), « Ténes » (l.151, 153)

Les notations sur le cahier reprennent ensuite par bribes, par lots groupés, ainsi en décembre 1944, puis en janvier février 1945.

En date du 23.4.45, figure un nouveau bloc d’écriture, un résumé rétrospectif de cette journée à Paris. La place prévue pour le 24.4.45 n’est pas complétée dans la foulée.

André reprend la plume (il rompt avec l’usage du crayon de papier) entre début avril et début juin 1945. Il ajoute alors quelques mots au paragraphe précédent sur Paris et en bas de page. précédente :« 18.23 Avril. H.[hôpital] Maillot Alger ».

Un nouveau changement d’encre indique l’inscription de nouvelles données en bloc pour juin-septembre 1945. Trois nouvelles et dernières lignes sont alors ajoutées.

Journal

1943    
Septembre    
9 Sept-24 Sept En permission. 1
24 Sept Ma permission étant terminée, je dois retourné à Clève  
  [rature] (Allemagne)(en Rhénanie) rejoindre les troupes allemandes.  
25 Sept Arrivée à Clève à 3 heures du matin, je retourne avec  
  mes camarades Alsaciens la caserne qui se trouve au 5
  milieu de la ville. Le même jour nous repartons  
  pour Nimègue (Hollande) qui se trouve à 15 km de  
  Clève. Nous sommes logés dans une Caserne qui était avant  
  la guerre un de plus grands monastères de la Hollande  
26-27-28-29-30 Sept Service de garde (Bataillon de Marche 365) 10
Octobre    
2-3-4-5-6 Oct Maladie d’Estomac Infirmerie  
09 Oct Entrée dans l’Hopital Diakonissenhaus à Arnheim (Hollande)  
10-11-12-13 Oct Maladie d’Estomac.  
13 Oct Fais la connaissance avec trois familles Hollandaises 15
  qui me font des visites journalières  
31 Oct Date de naissance, j’ai 18 ans  
Novembre 1 Reçois dernière lettre de mes parents et amis  
05 Nov Sortant de l’Hopital je retourne à la Caserne à2 Nimègue  
07 Nov Préparation pour partir vers le Front de Russie 20
08 Nov Beaucoups d’Alsaciens dont je suis partent pour  
09 Nov (Aix-la-chapelle) Arrivé à Aix-la-chapelle  
10 Nov Recevons habillement neuf [rature]pour l’Hiver  
11-12-13-14 Nov Revisions du Paquetage  
15-16-17 Nov En route vers le front Est. 25
[nouvelle page]
19 Nov D’Aix-la-chapelle à Düsseldorf-Hallen. Arrivé à Riesa (Leipzig)  
20-21 Nov Entrée en Pologne et Arrivé à Varsovie  
22-23 Nov Depassant Brest-Litowsk/ est entrant en Russie Arrivée Minsk  
24 Nov debarquont à Usa près de Slobine nous nous dirigeons  
25 Nov vers le front. Toute la compagnie mis sous la dis- 30
  positions de la 6. Division qui se trouve dans la  
  région de Gomel. La compagnie est divisée en  
  4 groupes dans les régiments. Trente-quatres Alsaciens  
  et moi sommes mis à la disposition du 58 régiments  
27 Nov Arrivée dans un petit village / exténuée, ne pouvant 35
  presque plus marché nous nous reposions 2 heures  
  avant la levée du jour. A 8 heures du matin,  
  nous sommes divisées dans les bataillons. Mes  
  camarades les plus chers étaient avec moi. Nous étions  
  9 Allemands et 5 Alsaciens dans le 1 Bataillon 40
  du 58 regiments.  
28 Nov Arrivée dans les 1er lignes nous sommes partagées  
  dans les compagnies. On mar m’avais mits avec  
  un Alsaciens dans la 3ième Compagnie, tandis que  
  les 3 autres Alsaciens étaient dans la 4 Compa- 45
  gnie.  
29 Nov Etant seulement 1 heure dans la ligne avancée  
  j’eus un batême de feu qui en valait le coup.  
[nouvelle page]
  Les russes attaquaient en masse. On se repliait  
  quelque kilomètres en arrière. En se repliant 50
  notre groupe qui était fort de 22 hommes en  
  perdait encore 6 ; alors nous etions plus que 16 hommes.  
  La journée durant, l’artillerie russe nous  
  bombardait.  
30 Nov Etant de garde dans les tranchées j’écris ma 55
  dernière lettre à mes parents sous le harcèle-  
Décembre ment de l’Artilleries et des3 mortiers russes.  
30 Nov 1 Déc Replis de 45 kilomètre de l’armée entière. Notre  
  Compagnie de 594 hommes doit proteger la  
  retraite de la troupe. Mes camarades de la 4 60
  Comp r-en-ar et D.5  
1-2 : 2 : 2-3 Grande attaque d’envergure contre les un groupe  
  de soldats russes qui attaquant les lignes alle-  
  mandes en les depassants se refugiaitent6 dans  
  les arrières de la ligne allemande dans une 65
  grande forêt marécageuse. Les allemands avaitent7  
  beaucoups de pertes, nous étions dans l’eau  
  et dans la boue parfois jusqu’à la poitrine,  
  d’autres s’enfoncaient pour ne plus y sortir. Les  
  russes bien cachés dans les arbres et les brou- 70
  sailles tiraient sans relaches sur nous. Nous  
  nous repliont de nouveau de 60 km.  
[nouvelle page]
2-3 Déc    
Décembre Cette fois-ci nous avons de la chance. Nous  
  [rature] r-en-ar et D.8  
3 Décembre Prisonnier de guerre en Russie 75
4-5-6-7 Dec Interogations sans relache.  
8-9-10-11 Dec Souffrance et privations. Dans le camp de Dobruch  
12-13-14 Dec " " " Dans le camp de Unetchka.  
15-16-17-18 Dec " " " Dans le camp de Bobruisk.  
24-25-28-29 Dec " " " Dans le camp de Tambov. 80
Janvier 19449    
1-10 Janv " " " Travail très dur. 38 degrès de froid.  
15-24 Janv " " " ". Nourriture s’améliore. Convalescance  
Fevrier    
1-27 Février " " " ". Nourriture un peu mieut. 85
Mars    
27 Fév - 31 mars Hopital | Malade d’Estomac.  
Avril    
1-15 Avril " Souffrancede10 p.11 Hopital  
15-27 Avril Convalescances " ". Travail très dur 90
Mai    
1-13 Mai " " " " "  
12 Mai Le jour où fût signée l’accord où les Alsaciens  
  Lorrains seront rapatrié.  
13-20 Mai Dans une Kolchhoz. Travail très dur, plus 95
  humains, pas à supportés, 16 heures par jour.  
  S-de-P.12  
[nouvelle page]
20-31 Mai Travail dans la forêt qui est à suportés. S- de - Pri  
Juin    
1-30 Juin Pas de travail. S-et13-Pri.  
Juillet   100
3 Juil Recevons habillement des soldats russes.  
4 Juil Visite de général Petit.  
5 Juil Prise d’armes sous le drapeau du Général  
  de Gaulle. La vie renait grand espoir - moral.  
7 Juil Partons de Tambov en disant adieu à ce camp 105
  de misère dons nous avons presque y laisser la peau  
9 Juil Arrivée à Woranesch  
11 Juil Depassant Armavir nous arrivons à la Mer Caspienne  
14 Juil Prise d’Arme à Bakou  
15 Juil Depassons la frontière Russo-Ironaise. 110
16 Juil Arrivée à Tabriz14 nous repartons dans des  
  Camions Américains jusqu’à Téhéran  
18 Juil Arrivée à Téhéran (Capital de L’Iran) nous  
  avons étée recus15 bien avec une joie extrême que nous16  
  avons tout-de-suite oubliés les jours de souffrances 115
  et de misères. La vie renaissait comme allant  
  de nuit au jour. La nourriture était si abon-  
  dante et bien que nous tombions presque toutes  
  malade d’Estomac. Pour la 1er fois depuis 4 ans  
  nous voyions de nouveau avec fiertés le vrai 120
[nouvelle page]
  visage de l’immortel drapeau tricolore avec  
  la croix Lorraine. [rature] Notre cœur était  
  de nouveaux soulagé d’un poid immense17 qu’on ne peut  
  décrire. C’était ici que le vrai visage de  
  L’Alsaciens-Lorrains exprimait de nouveau 125
  sa joie immence d’être libre et d’avoir joué  
  avec le boche qui croyait18 tenir les Alsaciens-Lorrains  
  dans une souricière. En desertant nous avons  
  aidés les alliés à gagnés la guerre plus vite  
  et montré aux peuples de France et aux peuples 130
  du monde entier que les Alsaciens Lorrains  
  sont et resteront à jamais Français. L’Alsace  
  Lorraine c’est la France et la France c’est  
19 Juil-24 Juil L’Alsace Lorraine :||| Malade d’Estomac.  
19-20-21 Juil Repos - Amusement - Cinéma - jeu du sport etc 135
24 Juil Partons de Téhéran à Haifa (Palestine).  
27 Juil Arrivée à Bagdad (Capital de L’Irac).  
29 Juil Entré en Palestine et arrivé à Haifa.  
30 Juil Prise d’Arme Visite du General.  
31 Juil Visite d’une delegation Alsacienne. 140
Aout    
1-1219 Aout Infirmerie | Malade d’Estomac. Palestine20  
19 Aout Partis sur un bateau Anglais pour Tarante  
2321 Aout Arrivé à Tarente (Italie).  
[nouvelle page]
27 Aout Partis de Tarente pour Alger. 145
29 Aout Arrivée à Alger. Prise d’Arme  
30 Aout Prise d’Arme, Visite du Général  
Septembre    
3 Sept | 4 Sept Infirmerie | Malade d’Estomac. Maison Carré22.  
15 Sept Partis pour Ténés. Au bord de la mer 150
17 Sept-30 Sept Infirmerie | Malade d’Estomac. Ténes23.  
Octobre    
1-18 Oct Infirmerie | Malade d’Estomac. Ténès24.  
19 Oct Vers Constantine  
21 Oct Arrivée à Constantine. Visite d’un Général. 155
23 Oct Entrée dans L’Hopital | Malade d’Estomac  
24 Oct Fais la connaisance d’une jeune fille et d’une  
  famille.  
29 Oct Fait de nouveau ma 1er communion depuis 14 mois  
31 Oct Date de naissance, j’ai 19 ans 160
Novembre    
1-30 Nov Hôpital Laveran - Constantine Malade d’estomac  
Décembre    
1-17 Déc " " " "  
18-31 Déc En convalescance à Constantine 165
/1945/25    
1-31 Janvier En convalescance à Constantine  
1-12 Février26 Au Mansourah - dans ma compagnie  
12-28 " Hopital du Coudiat Constantine27 Malade d’Estomac  
  " " " "" " "  
1-31 Mars28 1 au 17 Avril- 18-23 Avril H. Maillot Alger29 23 170
[nouvelle page]
23-4-45 Paris30  
  Parti de l’hôpital Maillot d’Alger vers 10 heures du matin  
  Arrivée à Paris vers 16 heures de l’après-midi. Entrée dans  
  L’hôpital Vuillemint près de la gare de l’Est. A 17-30  
  Sorti de l’hôpital Vuillemint et fait la connaissances  
  d’une bonne famille qui me donne l’hospitalitée. 175
  A 20 heures, nous faisons un tour dans la région  
  de la tour Eiffel où j’ai passée endessus. A la tom-  
  bée de la nuit vers 21 heures 30 j’ai pu saluer  
  la tombe du soldat inconnu sous l’Arc de triomphe.  
  Un fet unique et rare, le matin encore, en 180
  Algérie, et le soir j’étais déjà près de la tombe  
  du soldat inconnu. Paris ville de’une merveille unique31  
  grandiose.  
24-4-4532 Fait la connaissance d’une jeune fille qui me fait  
Avril-Mai oublié les jours de souffrances. 185
25-26-27-28/4 Visite de la grande ville de Paris. CHamps Elysées  
29-30+4 Sacré cœur. Notre dame, Hotel des Invalide - Tuilerie etc  
1 - 2 – 3+4 A Paris. Visite de Malmaison, Arc de Triomph.  
3 - 4 - 5 -6 - 7 Arrivée à Amiens, ville qui a beaucoup souffert dans  
8 - 9 - 10 -11 -12 - 13 cette guerre, mais que commence à revivre de plus 190
14-15-16-17-18-19-20 belle, malgré ses destructions et ses absents. Seule  
21-22-23-24-25 dominant les ruines de cette cité, c’est la cathédrale.  
Juin Juillet33 Convalescance, A Amiens. France Nord.  
1-2134 Aout Convalescance. En Alsace. France Est.  
21-9 Sept Hopital [illisible] Strasbourg. 195

* * *

Document 2 : Le trajet d’A. Untereiner entre 1943 et 194535

Image

Image

* * *

Document 3 :Teilnahmebescheinigung (attestation de stage)

Image

* * *

Document 4 : Certificat d’incorporation de force

Image

* * *

Document 5 : Renseignements d’archives « WAST »

Image

Recto du document.

Image

Verso du document.

* * *

Document 6 : Feuille de recrutement au Reichsarbeitsdienst

Image

* * *

Document 7 :« Comment j’ai réussi à échapper aux Boches au front de Russie36 »

C’était pendant la nuit du 3-4 décembre 1943 que mon camarade et moi sommes restés en arrière. Une pluie fine mélangée de neige nous fouettait le visage, un vent glacial et violent nous faisait grelotter et claquer des dents. C’est par une nuit pareille que le gros des forces allemandes se retirait sur de nouvelles positions. C’est aussi pendant cette nuit mouvementée que nous nous sommes enfuis. Ce n’était pas chose facile, car nous étions surveillés et nous avions été prévenus que les Russes ne faisaient pas de prisonniers. En cas de désertion, nous savions également que les représailles tomberaient sur nos parents et nos proches. Aussi pendant les vingt jours que nous passions en première ligne, nous nous étions montrés très obéissants et la surveillance très grande des premiers jours s’était relâchée. Nous étions deux Alsaciens, du même âge et tous deux du même patelin, dans notre compagnie qui se composait de 38 hommes au lien de 162 en temps de paix.

Nous marchions donc, avec ces messieurs, en arrière vers la nouvelle ligne de défense, traversant des villages en ruines ou en train de brûler. Nous étions cette nuit-là bien encadrés, mais nous nous disions que malgré tout il fallait tenter l’impossible pour réaliser notre plan d’évasion que nous avions combiné ensemble. Nous avions fait semblant d’avoir très mal aux pieds et c’est par ce moyen-là que nous avions réussi à rester toujours plus en arrière. Les boches ne se méfiaient plus de nous à ce moment-là et d’ailleurs nous étions déjà à 300 ou 400 mètres du gros des troupes que nous ne voyions presque plus à cause de la nuit noire et opaque. C’est alors que nous avons pris la « clef des champs » en criant « au secours ! » En faisant semblant d’être attaqués par les Russes, nous faisions croire aux Fritz que nous avions disparu, attaqués par l’ennemi, pour qu’ils ne croient pas à une désertion.

La première partie de notre aventure avait réussi. Nous nous sommes vivement débarrassés de nos armes et de tout l’attirail dont nous étions chargés. Puis nous nous sommes réfugiés dans une maison pour attendre le jour et nous constituer prisonniers aux Russes mais cela ne se passa pas comme nous l’avions espéré. Arrivés près de la maisonnette de bois, une femme qui se trouvait devant son taudis nous invita à entrer et à bien vouloir nous installer comme chez nous .Cette femme avait trois enfants, et par bonheur connaissait un peu l’allemand ce qui nous permit de nous expliquer avec elle. Elle nous fit savoir qu’elle attendait les Boches qui mettaient le feu partout où ils passaient et à tout ce qu’elle racontait, les larmes nous vinrent aux yeux. C’est alors que nous lui apprîmes que nous n’étions pas des Allemands mais des Français, amis des Russes, et que nous ne lui voulions pas de mal, et que nous demandions à ce qu’elle nous conduise le lendemain à l’état-major Russe. Elle resta ébahie devant cette révélation et ne voulait pas nous comprendre car elle ne croyait pas que c’était réel, mais enfin voyant notre visage résolu, elle prit le seul et unique escabeau qui meublait cette cabane et en fit des morceaux pour nous chauffer, puis elle alla dehors dans la nuit, nous chercher une poule qu’elle commença à plumer, malgré nos protestations. Elle nous dit qu’elle voulait nous faire plaisir. Une demi-heure après la poule bouillait gaiement dans une marmite sur le petit fourneau de brique qui prenait un quart de la chambre à lui seul.

Vers 11 heures du soir nous avions fini de manger et comme nous étions très fatigués par deux semaines de nuit blanche, la bonne femme nous comprit et nous réserva une place près du fourneau. Comme les chaussures et les bas étaient trempés, nous les avions mis tout près du fourneau. Nous nous sommes couchés sur le plancher dans l’espérance de pouvoir dormir quelque heures à l’abri du mauvais temps. Malheureusement la malchance nous poursuivait. Dehors la canonnade et la fusillade faisaient rage, mais cela ne nous dérangea pas pour dormir. Je ne puis dire combien de temps au juste nous dormions quand tout à coup la bonne femme entra précipitamment et nous cria :« Germanski ! Germanski ! »

Les yeux pleins de sommeil, j’eus du mal à comprendre ses paroles, mais nous n’eûmes pas le temps de réfléchir longtemps car, moins d’une minute après, un boche entra et je n’eus que le temps de dire à mon camarade :« Faisons semblant de dormir et ne bougeons pas. »

Dans cette pièce il n’y avait pas de lumière et le feu s’était éteint pendant notre sommeil. L’un après l’autre les Fritz entrèrent dans cette petite chambre qui fut bientôt pleine à craquer. Un des Boches alluma une bougie et c’est alors qu’ils nous aperçurent et d’une seule voix ils dirent tous ensemble: « Tiens, deux soldats ici, que font-ils encore à cette heure car l’Ivane (le Russe) peut être ici d’un moment à l’autre ; il faut prévenir le lieutenant, dit le sergent. »

Deux minutes après le lieutenant arriva et nous réveilla, mon camarade d’infortune et moi qui faisions semblant de sortir d’un sommeil très profond. Le lieutenant en voyant cela s’énerva et se mit à crier: « Espèce de fous que vous êtes, que faites-vous encore ici à cette heure, ne savez-vous donc pas que les Russes peuvent arriver d’un moment à l’autre ? Peut-être avez-vous voulu aller chez les Russes, alors je peux tout de suite vous loger une balle dans la tête, expliquez-vous si vous ne voulez pas qu’on en finisse tout de suite. » Je comprenais parfaitement le sens de ces derniers mots et je savais que nous n’avions pas de pitié à attendre de ces « Waffen SS »car nous avions affaire à une compagnie de ces derniers. Ils s’étaient partagés dans les maisons encore debout pour se réchauffer et se mettre à l’abri du mauvais temps.

Je compris qu’il fallait jouer au plus serré, au plus malin, et après quelques secondes de réflexion je répliquai :« Mon lieutenant, ce n’est pas de notre faute si nous sommes à l’heure actuelle ici car nous sommes très fatigués et nous avons très mal aux pieds. La division s’est retirée si vite que nous ne sommes plus parvenus à la suivre. Et voilà, ce que je redoutais le plus arriva. Seuls sur une route enneigée, minée, par une nuit opaque, nous arrivâmes à un embranchement de chemins sans connaître la bonne direction. Nous espérions attendre le matin pour reprendre la route et rejoindre notre corps.

Ce cher lieutenant nous prit alors pour de parfaits imbéciles (ce qui me fit le plus grand plaisir car pour échapper aux Boches il fallait se montrer le plus timide et le plus niais possible) et le lieutenant de répliquer: « Qui me prouve que vous ne vouliez pas déserter et aller chez les Russes ? » « Mon lieutenant disais-je, comment pouvez-vous avoir une pensée semblable en ce qui nous concerne, nous savons aussi bien que vous savez ce que les Russes font de leurs prisonniers, notre capitaine de bataillon nous a bien dit que les Russes coupaient les oreilles, les mains et faisaient subir aux prisonniers les sorts les plus horribles, aussi je ne voudrais pour rien aux monde me donner vivant aux Russes. »

Tout ce que je lui dis fut seulement pour nous disculper à ses yeux et lui prouver que nous avions peur des Russes. Le lieutenant répliqua de nouveau :« Montrez-moi votre carte d’identité et n’essayez pas de me tromper car je peux vous le faire payer cher. »

Cette fois-ci je crus que nous étions perdus car notre qualité d’Alsaciens était écrite en grandes lettres majuscules sur la première page de notre livret. Aussi, grande fut ma surprise de ne trouver qu’indifférence de la part de ces SS à la lecture de nos livrets militaires. Cinq minutes après, tous les boches avaient pris connaissance de notre Wehrpass que le lieutenant nous redonna et que nous empochions précipitamment, heureux de nous en tirer à si bon compte.

Le lieutenant reprit ensuite la parole: « Bien, votre livret militaire est en règle, mais encore autre chose, je n’ai pas encore vu vos armes, montrez-les-moi. » C’était une question des plus difficiles et je n’avais pas le temps d’y penser. Cependant sans tarder je répliquai :« Mon lieutenant, cette absence d’armes est une chose qui nous rend coupables et suspects, mais cela n’est pas de notre faut. Nous avions très mal aux pieds, et notre sergent de section nous avait ordonné, en voyant que nous ne pouvions presque pas marcher, de mettre tout notre équipement sur la voiture: armes et bagages. Aussi nous avions dû obéir aux ordres de notre chef de section. Malheureusement le mauvais temps, la fatigue, tout était contre nous. Nous sommes contents que vous soyez venus dans ces parages et nous vous devons une grande reconnaissance car sans vous nous serions tombés dans la gueule des loups. » Le lieutenant ricana et dit :« Ah mes petits agneaux, j’espère que vous aurez bientôt mis vos souliers, demain vous vous expliquerez devant votre chef de division car vous m’êtes un peu suspects et m’empêchez de voir clair dans cette affaire. Je ne crois pas que vous soyez des rusés et vous me paraissez de parfaits imbéciles sans cela vous auriez su que les Ivanes (Russes) nous suivent de près. Mais assez parlé pour ce soir, je perds mon temps avec des idiots pareils. » Et il est allé s’asseoir à côté de nous sur le plancher. Tous les yeux étaient encore braqués sur nous, mais cela ne nous impressionnait plus, nous nous sommes habillés tranquillement. Je pensais que j’avais eu une chance inouïe, que ce fut un miracle ; car je n’aurais jamais cru que je pourrais berner un officier de la SS. Nous l’avions échappé belle grâce à cet imbécile d’officier. Mais le plus dur était encore à faire.

Une fois habillé et sachant que l’ordre pouvait arriver à chaque instant pour repartir, je tentai un coup désespéré. Tant pis s’il ne réussissait pas, mais il fallait l’essayer si je ne voulais pas retourner avec ces Boches de malheur et passer devant le conseil de guerre. Je regardai mon camarade dans les yeux et y voyant une résolution absolue, je clignais de l’oeil pour lui dire au revoir car nous ne pouvions pas parler et nous donner la main. Après quelques secondes d’hésitation, je prenais courage et je me faufilai à travers la petite chambre pleine de boches en faisant mon possible pour ne pas les bousculer. J’atteignis la porte, la sueur au front, je pris la poignée et l’ouvris.... Personne ne m’avait arrêté, personne ne m’avait rien dit pour me demander où je voulais aller ! Je sortis en refermant doucement la porte et j’étais dans la cour. Le temps n’avait pas changé, une bourrasque de pluie, de neige me balayait la figure, mais je n’avais pas froid et la nuit était plus noire que jamais. Tout à coup j’aperçus une forme mouvante à quelques pas de moi, près de la maisonnette et je voyais aussi aux pieds de la sentinelle une mitrailleuse du modèle 42 à 3 000 coups par minute. En ce temps-là c’était une arme nouvelle.

Mais je savais que ce soldat ne se doutait pas qui j’étais et je faisais semblant de vouloir me diriger vers le cabinet. Je m’orientais vers la direction que je devais prendre et cela m’était facile car vers l’ouest tout était rouge et embrasé par les incendies que les nazis avaient allumés dans les pauvres villages, laissant la malheureuse population sans abri, ni gîte pour se protéger des formidables intempéries que la nature produit en hiver. Le boche qui était devant la maison ne se méfiait de rien et ceux qui étaient dans la maison ne s’occupaient n’ont plus de moi, aussi c’est grâce à cette indifférence qui tient du miracle que j’ai pu me sauver une deuxième fois.

Le terrain était plat et marécageux, aussi il me fallait beaucoup de temps pour prendre de la distance et ne plus être à portée d’un coup de fusil. Je crois qu’il me fallait à peu près trois quarts d’heures pour gagner un km. Derrière moi je voyais alors à la clarté des lueurs d’incendies des formes suspectes se mouvoir dans la nuit sombre. Aussi je m’enfonçais encore un peu plus loin au risque de sauter sur une mine que les SS avaient mis récemment dans ces parages. Quelques minutes après je m’arrêtai, croyant avoir assez couru et pour me rendre compte de la situation, car il fallait faire attention de ne pas tomber la nuit entre les mains des Russes qui ne font de prisonniers que le jour. Je ne peux dire au juste combien de temps je restais là debout, attendant je ne sais trop quoi, croyant que mon camarade suivrait le même chemin. Je m’enfonçais jusqu’aux genoux dans la vase, et le froid commençait à se faire sentir ; il me faisait claquer des dents et grelotter comme si j’avais le paludisme. Les minutes me paraissaient des heures. Tout à coup j’entendis une fusillade formidable, des « hourra » criés à perdre haleine sur la gauche. Je me disais qu’il était temps de regagner la maisonnette si je ne voulais pas tomber pendant la nuit entre les mains des Russes ou mes misères auraient cessé instantanément.

Une heure après, j’avais rejoint la maison et voyant la bonne femme dehors (celle qui nous avait sauvé la vie) je lui demandai si elle savait ce qu’était devenu mon camarade. Ce à quoi elle répondit qu’il était toujours dans la maison.

J’entrais précipitamment et sur le seuil j’entendis un ronflement sonore, c’était celui de mon camarade qui était couché derrière le fourneau et dormait, inconscient du drame qui s’était passé. Je le réveillais et lui demandais des détails sur ce qui était arrivé après mon départ, et comment il avait fait pour échapper aux Boches. Et voici ce qu’il me dit :« Une demi-heure après ton départ, ils constatèrent ton absence et alors ils me demandèrent des comptes: si je ne savais pas où tu t’en allais, et à quelle heure tu étais sorti, et par où, dans quelle direction. « Il ne s’est pourtant pas envolé », criait le lieutenant exaspéré. Une dizaine de nazis sortirent pour te chercher, mais dix ou quinze minutes après, une fusillade éclatait. C’étaient les Russes qui attaquaient ; alors ce fut le sauve-qui-peut général, personne ne s’occupa plus de moi, je me suis couché derrière le fourneau et j’ai dormi jusqu’au moment où tu es venu me réveiller. »

Je lui disais que c’était un miracle que nous avions pu nous sauver une deuxième fois et que nous avions eu une chance extrême. Aussi après cette nuit mouvementée, nous nous rendormîmes tous les deux jusqu’au lendemain matin, comme deux bienheureux.

Vers huit heures quelqu’un heurta la porte et j’entendis parler une langue qui ne m’était pas inconnue. C’étaient quatre Russes armés jusqu’aux dents qui venaient nous chercher. La bonne femme avait dû leur raconter notre récit car ils nous accueillirent très gentiment en nous disant: « Frantzousski Karacho » « Français très bons » et en nous donnant des cigarettes. Nous n’avons même pas eu le temps de remercier la bonne femme à qui nous devons pour toujours une reconnaissance éternelle.

C’est ainsi que finit la première partie de ma longue aventure.

* * *

Document 8 : Extrait d’une rédaction

Image

* * *

Document 9 : Attestation de disparition

Image

* * *

Document 10 : Certificats russes attestant qu’A. Untereiner s’est rendu

Image

Image

Image

* * *

Document 11 : Lettre à sa famille d’Amiens et première lettre à ses parents

Image

Image

Image

Image

Document 12 : Feuillets

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

* * *

Document 13 : Extrait de la liste des 1 500 (fin de la catégorie du quatrième détachement)

Image

Source :<https://www.malgre-nous.eu/la-liste-des-1500-de-tambov/>, tiré de Saisons d’Alsace, n° 39/40, 1971

* * *

Document 14 : Photographies

Image

André Untereiner.

Image

André Untereiner (1944).

Image

André Untereiner avec sa famille à Amiens en 1945.

* * *

Document 15 : Certificat médical concernant ses troubles

Image

Recto du document.

Image

Verso du document.

* * *

Document 16 : Certificats médicaux et de permission faits à Ténès et Constantine

Image

Image

Image

* * *

1 Sauf mention contraire, les documents présentés ci-dessous appartiennent à la famille de l’auteur.

2 Ajouté au-dessus de la ligne.

3 Ajout de « des » au-dessus de la ligne

4 Le chiffre initialement inscrit est 7 [79]. Un 5 est superposé au 7.

5 André abrège ici Compagnie retour en arrière. Il a ajouté (ou repassé) au crayon violet « et D. » probablement pour « et Départ ».

6 Correction au crayon violet au-dessus du mot.

7 Correction au crayon violet au-dessus du mot.

8 À nouveau, ajout au crayon violet de « et D. ».

9 Année soulignée au crayon violet.

10 Ajout de « de »au-dessus de la ligne.

11 Probablement souffrance de privations.

12 Probablement une abréviation pour souffrance de privations.

13 « de » corrigé en « et » au crayon violet.

14 Tabriz semble ajouté après coup dans un espace laissé blanc.

15 « avons étée recus » est écrit en surajout.

16 Ajout au-dessus du mot.

17 Ajout au-dessus du texte.

18 Ajout de « croyait » au-dessus de la ligne.

19 Date corrigée par surajout.

20 « Palestine » est ajouté après coup au crayon violet.

21 Date rectifiée par surajout.

22 « Maison Carré. » est ajouté au crayon violet.

23 « Ténès » est ajouté au crayon violet.

24 « Ténès. » est ajouté au crayon violet. André Untereiner dispose d’un certificat mentionnant son séjour à l’infirmerie de Ténès et sa durée : voir

25 Année soulignée au crayon violet.

26 « Février » paraît ajouté.

27 Les termes qui précèdent sont inscrits au crayon violet. Le nom de l’hôpital figure sur une autorisation temporaire de sortie conservée par André

28 Ajout de « Mars » au crayon violet.

29 « 18-23 Avril H. Maillot Alger » sont inscrits à l’encre bleue : il s’agit d’un ajout, inscrit en même temps que le paragraphe consacré à

30 Titre en haut d’une nouvelle page. Le paragraphe sur Paris est à nouveau écrit au crayon de papier

31 « Paris ville de’ une merveille unique » marque le début d’un ensemble inscrit à l’encre bleue. « Une » est rajouté au-dessus de « de’ ».

32 Date inscrite au crayon de papier, dans le prolongement du paragraphe sur Paris, mais les informations sont ensuite complétées à l’encre bleue.

33 À partir de Juin Juillet et pour tout ce qui suit, changement d’encre, bleu foncé.

34 La date est corrigée en surajout sur le nombre 20.

35 Nous reprenons ici les principales étapes du trajet, en les inscrivant dans les frontières de 1943.

36 Récit de guerre tiré des correspondances entre A. Untereiner et sa famille et réécrit par lui-même à la machine à écrire.

Notes

1 Sauf mention contraire, les documents présentés ci-dessous appartiennent à la famille de l’auteur.

2 Ajouté au-dessus de la ligne.

3 Ajout de « des » au-dessus de la ligne

4 Le chiffre initialement inscrit est 7 [79]. Un 5 est superposé au 7.

5 André abrège ici Compagnie retour en arrière. Il a ajouté (ou repassé) au crayon violet « et D. » probablement pour « et Départ ».

6 Correction au crayon violet au-dessus du mot.

7 Correction au crayon violet au-dessus du mot.

8 À nouveau, ajout au crayon violet de « et D. ».

9 Année soulignée au crayon violet.

10 Ajout de « de »au-dessus de la ligne.

11 Probablement souffrance de privations.

12 Probablement une abréviation pour souffrance de privations.

13 « de » corrigé en « et » au crayon violet.

14 Tabriz semble ajouté après coup dans un espace laissé blanc.

15 « avons étée recus » est écrit en surajout.

16 Ajout au-dessus du mot.

17 Ajout au-dessus du texte.

18 Ajout de « croyait » au-dessus de la ligne.

19 Date corrigée par surajout.

20 « Palestine » est ajouté après coup au crayon violet.

21 Date rectifiée par surajout.

22 « Maison Carré. » est ajouté au crayon violet.

23 « Ténès » est ajouté au crayon violet.

24 « Ténès. » est ajouté au crayon violet. André Untereiner dispose d’un certificat mentionnant son séjour à l’infirmerie de Ténès et sa durée : voir infra, document 16 (ici p. 184).

25 Année soulignée au crayon violet.

26 « Février » paraît ajouté.

27 Les termes qui précèdent sont inscrits au crayon violet. Le nom de l’hôpital figure sur une autorisation temporaire de sortie conservée par André Untereiner.

28 Ajout de « Mars » au crayon violet.

29 « 18-23 Avril H. Maillot Alger » sont inscrits à l’encre bleue : il s’agit d’un ajout, inscrit en même temps que le paragraphe consacré à avril-mail 1945. Le nombre 23 apparaît ensuite au crayon de papier.

30 Titre en haut d’une nouvelle page. Le paragraphe sur Paris est à nouveau écrit au crayon de papier

31 « Paris ville de’ une merveille unique » marque le début d’un ensemble inscrit à l’encre bleue. « Une » est rajouté au-dessus de « de’ ».

32 Date inscrite au crayon de papier, dans le prolongement du paragraphe sur Paris, mais les informations sont ensuite complétées à l’encre bleue.

33 À partir de Juin Juillet et pour tout ce qui suit, changement d’encre, bleu foncé.

34 La date est corrigée en surajout sur le nombre 20.

35 Nous reprenons ici les principales étapes du trajet, en les inscrivant dans les frontières de 1943.

36 Récit de guerre tiré des correspondances entre A. Untereiner et sa famille et réécrit par lui-même à la machine à écrire.

Illustrations

Recto du document.

Verso du document.

Source :<https://www.malgre-nous.eu/la-liste-des-1500-de-tambov/>, tiré de Saisons d’Alsace, n° 39/40, 1971

André Untereiner.

André Untereiner (1944).

André Untereiner avec sa famille à Amiens en 1945.

Recto du document.

Verso du document.

References

Bibliographical reference

« Documents », Source(s) – Arts, Civilisation et Histoire de l'Europe, 12 | 2018, 149-185.

Electronic reference

« Documents », Source(s) – Arts, Civilisation et Histoire de l'Europe [Online], 12 | 2018, Online since 15 juillet 2022, connection on 05 octobre 2022. URL : http://www.ouvroir.fr/sources/index.php?id=507

Editor

Victoria Untereiner

Audrey Kichelewski

Author resources in other databases

Copyright

Licence Creative Commons – Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International (CC BY-NC-SA 4.0)